Ouvrir / Fermer le menu Allions ensemble performance, sécurité et bien-être professionnel
  • Prévention des risques psychosociaux
  • Qualité de vie au travail
  • Responsabilité Sociétale des Entreprises
dangereux

Remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas du tout, ou à défaut par ce qui l’est moins

Dans les précédents articles nous avons analysé les cinq premiers principes généraux de la prévention des risques psychosociaux :

  1. Éviter les risques
  2. Évaluer les risques
  3. Combattre les risques à la source
  4. Adapter le travail à l’homme
  5. Tenir compte de l’évolution technique

Abordons cette semaine la question du danger avec le sixième principe : « Remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas du tout, ou à défaut par ce qui l’est moins.

Qu’est ce que la notion de danger ?

En matière de prévention, un danger est une source potentielle de dommage, alors que le risque est la probabilité que l’événement dommageable survienne.

Pour remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas ou moins, il est nécessaire au préalable d’avoir identifié les risques liés au travail qui est assigné à un salarié, ou à ses conditions de travail.

Il en existe principalement cinq types :

  1. Les dangers physiques
  2. Les dangers psychologiques
  3. Les dangers biologiques
  4. Les dangers ergonomiques
  5. Les dangers chimiques

1 – Les dangers physiques

Les dangers physiques sont les plus simples et aussi les plus faciles à détecter. Il est facile de les prévenir. Ils sont aussi souvent négligés pour différentes raisons :

  • On y est habitué : par exemple, j’ai toujours mis une rallonge électrique dans mon bureau pour faciliter la fonctionnement de mon ordinateur, mais je méconnais le risque de chute que l’allonge provoque.
  • On les méconnais purement et simplement : je ne considère pas comme un danger cette petite marche que je gravit chaque jour entre le comptoir et la réserve.
  • On considère que « ça peut attendre » ou qu’il n’y a pas de budget.

Parmi les dangers physiques on trouvera par exemple les dangers liés a l’utilisation de machine, le bruit, les vibrations, la luminosité, l’électricité, l’utilisation d’échelles, de chariots élévateurs ou d’autres engins de levage, les risques de chutes, etc.

2 – Les dangers psychologiques

Ils sont plus difficiles à appréhender et à reconnaître. Causés en général par le stress, les violences ou la méconnaissance des besoins d’un individu. Ils provoquent des dommages plus subtils comme la démotivation, l’absentéisme, le stress, mais aussi la dépression, le burn ou le bore out, etc.

Leur identification ne peut se faire en interne, car elle nécessite une audition fine et sans implication émotionnelle de la part de l’observateur qui, de ce fait, doit être un consultant externe à l’entreprise.

3 – Les dangers biologiques

Ce sont les risques liés au contact avec des organismes ou des produits qui représentent une menace pour la santé humaine. Ils incluent les déchets médicaux, échantillons de micro-organismes, les virus, les bactéries ou les toxines, mais aussi les piqures d’insectes, les excréments d’animaux, etc.

4 – Les dangers ergonomiques

Ces dangers sont générés par le type et les conditions de travail ainsi que par la position corporelle du salarié. Le plus souvent ils ne sont pas visibles immédiatement et se produisent en raison de la répétition d’une position ou d’un mouvement.

5 – Les dangers chimiques

Les dangers chimiques sont liés à l’exposition d’un salarié ou d’un groupe de salariés à un produit ou une préparation d’origine chimique quelle qu’en soit la forme : solide, liquide ou gazeuse. Les dangers chimiques sont liés à l’usage de certains produits : nettoyage, peinture, acides, mais aussi aux vapeurs, fumées, gaz, solvants, matériaux inflammables ou explosifs…

Pour chacun de ces types de dangers, il conviendra d’étudier le risque encouru par les salariés et de mettre en place des solutions alternatives qui fassent disparaître le risque dans sa totalité lorsque cela est possible ; ou du moins le fassent diminuer considérablement.

Conclusion

Remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas du tout, ou à défaut par ce qui l’est moins est une démarche longue qui nécessite une véritable réflexion de fond et parfois l’intervention de consultant extérieur à l’entreprise.

C’est souvent un chantier important pour une petite ou très petite entreprise. VRPS consulting propose des solutions adaptées aux petits budgets qui permette aux chef d’entreprise de mettre en place une vrai politique de « qualité de vie » au travail en tenant compte des obligations légales en matière de prévention des risques psychosociaux.

Pierre COCHETEUX, partenaire de votre bien-être au travail.

2014 © VRPS Consulting, par Pierre Cocheteux