Management : utilisez les principes de la critique constructive

Utilisez les principes de la critique constructive

L’art de la critique consiste à faire ressortir les défauts, ou les qualités des choses ou des personnes.

On comprend trop souvent le mot « critique » uniquement dans son sens négatif : faire ressortir les défauts d’une personne. Toutefois, la critique peut être négative ou positive. Une critique positive consiste à complimenter une personne à propos d’une action qu’elle a menée, ou à reconnaître l’une de ses qualités.

Le but de cet article est de vous proposer  6 pistes de critiques constructives.

1er principe : Tout comportement sanctionné se répète

La première règle, qui est à mon sens la plus importante en management, est la suivante :

Tous comportement sanctionné a tendance à se répéter.

Cela signifie que si vous soulignez un comportement par une critique, que celle-ci soit positive ou négative, il aura tendance à se renouveler.

Ainsi, un professeur de français soulignant systématiquement les fautes orthographiques ou grammaticales de ses élèves obtiendra comme première réaction une répétition de ces erreurs.

À contrario, le même professeur félicitant les élèves qui n’ont pas fait de faute, et ceux qui en ont peu fait, incitera inconsciemment les autres élèves de la classe à améliorer la qualité de leur orthographe.

2nd principe : critiquez les faits plutôt que les attitudes

Critiqué l’attitude de quelqu’un est toujours une perte de temps pour au moins deux raisons :

  1. lorsqu’on critique une attitude, la personne critiquée se sent très souvent blessée dans son ego. Elle va alors soit se refermer comme une huître et ne pas tenir compte de votre critique, soit contre-attaqué en visant à vous blesser à votre tour.
  2. De plus critiquer l’attitude d’une personne est trop abstrait, ce qui rend la critique inutilisable.

Plutôt que reprocher à un collaborateur « d’être distrait » préférez attirer son attention sur le fait que 3 demandes de clients sont restées sans réponse.

3éme principe : attirez l’attention sur les axes d’améliorations possibles.

Proposer des pistes d’amélioration possible sera accueilli beaucoup plus favorablement par un collaborateur, qu’un reproche ou une critique ouverte.

Par exemple : « j’ai remarqué que tu avais fait un effort sur la préparation de ce dossier, voici quelques pistes qui te permettraient d’être encore plus efficace »

4éme principe : sollicitez la créativité du collaborateur

il est toujours préférable d’encourager l’autonomie plutôt que la dépendance. Un bon moyen de stimuler un collaborateur en difficulté en difficulté est de l’aider à trouver lui-même des solutions à son problème.

Par exemple on peut lui demander comment il compte s’y prendre pour résoudre ce problème, plutôt que de venir avec des : « tu aurais dû », « tu aurais pu », etc.

5éme principe : choisissez le bon moment.

Nous ne sommes pas tous réceptifs à la critique, fusse-t-elle construite intelligemment, à tout moment. Il nous arrive tous d’avoir des hauts et des bas. Pour construire une critique positive et utile qui permette réellement un collaborateur de s’améliorer, il est nécessaire d’adopter une posture bienveillante et de choisir le moment adéquat.

6éme : Effectuez un suivi

Vous souhaitez encourager l’épanouissement d’une compétence chez un collaborateur. Répétez une critique constructive régulièrement dans le temps sera plus efficace que de le faire une ou deux fois.

Proposez à un collaborateur en difficulté des points réguliers. Demandez lui comment vous pouvez l’aider. Ce sont deux astuces efficaces pour effectuer un suivi régulier d’un collaborateur en difficulté.

Conclusion

L’art d’accompagner un collaborateur sur un chemin de perfectionnement nécessite d’apprendre soi-même à faire des critiques qui soient respectueuses de l’autre, recevable par lui, est réellement stimulante de l’envie d’apprendre.

Pierre Cocheteux, partenaire de votre bien-être travail.

Réagissez à cet article en publiant ci-dessous votre commentaire.