Cet article est le quatrième de la série : « Se protéger des risques psychosociaux : comment ? ». Il propose de s’interroger sur le principe de l’adaptation du travail à l’homme.

L’article L4121 – 2 du code du travail dit que : « L’employeur doit mettre en œuvre les mesures prévues par l’article L4121 – 1 » et notamment en « Adaptant le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail, ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production… ».

Cela signifie que :

Que l’entreprise d’aujourd’hui doit apprendre à penser les questions d’organisations, de procédures et de processus de productions afin de les adapter à l’homme et non l’inverse.

La nouvelle priorité est donc de penser mieux le travail avant de vouloir soigner les hommes.

Un exemple simple : en proposant de diminuer les cadences de productions sur une chaine de fabrication (après avoir constater que les techniciens mettaient la machine en arrêt d’urgence pour s’octroyer des pauses), un chef d’entreprise de mon entourage à augmenté considérablement la production et réduit le nombre de pauses des salariés travaillant sur cette unité.

Adapter le travail à l’homme : qu’est ce qui peut l’être en pratique ?

Le texte de loi propose trois pistes de travail. Elle offre d’adapter :

  1. La conception des postes de travail. Il s’agit ici essentiellement d’ergonomie, c’est à dire de concevoir des postes de travail qui puissent être utilisés avec un maximum de confort, de sécurité et d’efficience par le plus grand nombre de personnes.
  2. Les équipements de travail. La question qui se pose ici est de savoir comment faire baisser de façon significative les risques d’accidents liés à l’utilisation des équipements de travail, mais aussi de réfléchir au perfectionnement de la qualité de ces mêmes équipements. Les questions de conformités et de normes se posent également dans cet item de réflexion, ainsi que les questions de vérification et de maintenance des équipements en question.
  3. Les méthodes de travail et de production. Il s’agit ici de réfléchir à l’amélioration des processus de fabrications, de contrôles, de maintenances afin de rendre le travail ou la production plus en adéquation avec les spécifications et les exigences de l’humain, en cherchant à diminuer les risques d’accidents.

Il s’agit donc de chercher à anticiper et à définir à l’avance tous les risques et les dangers liés à l’exercice d’un métier afin d’anticiper les risques possibles et de les limiter autant que faire ce peut.

Conclusion

Chacun des trois axes proposés par la législation fait l’objet de compétences-métiers spécifiques. Ainsi par exemple pour adapter les postes de travail aux spécificité des personnes qui les occupent, le simple bon-sens peut être d’une aide précieuse, mais il est aussi parfois nécessaire de faire appel à un ergonome.

De même que l’amélioration des méthodes de productions peut faire appel aux services d’une équipe d’ingénieurs spécialisés dans le domaine concerné.

Je propose donc aux chefs d’entreprises désireux de mettre en œuvre une vrai politique de qualité de vie au travail de s’entourer d’une équipe de professionnels pouvant prendre en charge les aspects techniques liés à certains aspects de ce chantier.

Pierre COCHETEUX, partenaire de votre bien-être au travail.

Laissez-nous simplement ici votre prénom et votre email et recevez :

  • Votre Kit "Prévenir les Risques PsychoSociaux pour mieux vivre au travail" - 8 Fiches pratiques pour penser votre politique de prévention des RPS

+ Un test de votre niveau de stress

+ Les nouveaux articles du blog

+ Des informations en avant première sur nos formations

+ De nombreuses surprises...

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

2014 © VRPS Consulting, par Pierre Cocheteux

06 38 39 39 33